| Archives: décembre 2018

Award 1242 – Marine cargo insurance policy all risks cover – Theft in a rice cargo during warehousing – Collateral management agreement – Average adjuster – Damage estimate – Unexplained shortage – Lack of evidence – Insured’s fault – Reduction of indemnity. 

Further to a theft with breaking in warehouses at Monrovia in a cargo of rice in bags, the Insured claimed to his Insurers an indemnity in reparation of the damage, to which the latter were opposed, asserting the Insured had no right on the goods at the time of the facts therefore had no interest in bringing proceedings.
The arbitral tribunal considered that, even though the cargo was covered by a collateral management agreement and was pledged to banks, the Insured remained its owner. It was observed that, on condition that the goods were stored under a collateral management agreement, the policy extended its cover to theft and unexplained shortage and covered losses on goods due to be sold. However, if the average Adjuster report showed that a certain quantity of goods had disappeared in the warehouses, it did not give of it a precise valuation
for want of getting from the Insured book-keeping data in order to know the exact number of bags sold and those missing. The Tribunal also pointed out that some obligations of the Insured in matter of security of the spot and management of stocks were not fulfilled. It finally decided to award the Claimant 50 % of the figure calculated in the average Adjuster report although the amount of shortage was not precisely well-defined.

 


Sentence 1242 – Police d’assurance maritime tous risques sur facultés – Vol durant entreposage dans cargaison de riz – Contrat de tierce détention – Commissaire d’avaries – Évaluation du préjudice – Manquants inexpliqués – Absence de preuve – Faute de l’assuré – Réduction de l’indemnité d’assurance.

Á la suite du vol avec effraction survenu en entrepôts à Monrovia dans une cargaison de riz en sacs, l’assuré demandait à ses assureurs une indemnisation en réparation de son préjudice, ce à quoi ces derniers s’opposaient considérant que l’assuré n’avait aucun droit sur la marchandise au moment des faits et donc aucun intérêt à agir.
Le tribunal arbitral a estimé que, même si la cargaison était l’objet d’un contrat de tierce détention et était gagée au profit des banques, l’assuré en restait propriétaire. Il a constaté que, sous condition que les marchandises soient stockées sous contrat de tierce détention, la police étendait les garanties sur le vol et pertes inexpliquées et couvrait celles destinées à être vendues. Mais, si le rapport du commissaire d’avaries montrait bien la disparition d’une certaine quantité de marchandise dans les entrepôts, il ne pouvait en donner une évaluation précise, faute d’avoir pu recueillir de l’assuré les éléments comptables permettant de connaître le nombre exact de sacs vendus et de ceux disparus. Le tribunal a aussi relevé que certaines obligations de l’assuré en matière de sécurisation du site et de gestion des stocks n’avaient pas été remplies et finalement décidé d’accorder au demandeur 50 % du montant chiffré dans le rapport du commissaire d’avaries bien que l’ampleur des manquants n’y était pas déterminé avec précision.

 


Archives