| Archives: juillet 2019

Award 1244 – During discharging, shock between a gantry crane and a containership crane – Legal interest – Subrogated insurers – Stevedore’s liability – Ship-board duty of supervision.

The gantry crane used for discharging a containership, when proceeding to an adjustment, ran against one vessel’s crane, causing some damages. After provisional repairs, the crane was overhauled during a further call. The shipowner and his subrogated insurers claimed to be indemnified for the repairs costs and ensuing expenses while the stevedore opposed the claim inadmissibility, the crane wrong positioning and the lack of supervision by the duty officer. Relying upon the stevedoring contract and the subrogation documents, the arbitrators firstly dismissed the challenges to inadmissibility. In the
absence of a local port regulation related to the positioning of the crane boom and referring to the rules of good practice and vigilance of the intervening parties, they considered that the gantry crane driver was the main responsible for the event, however this responsibility should be mitigated by 10 % as the duty officer or the chief officer should have exercised a more precise supervision. On the claimed sum, they have granted the claimant the amount of produced invoices and expenses except those not directly linked to the damages. They decided the stevedore shall bear the full expenses of the arbitration and pay a sum by virtue of article 700 of the Civil Procedure Code.

 


Sentence 1244 – Durant le déchargement, heurt entre un portique et une grue d’un porte- conteneurs – Intérêt à agir – Assureurs subrogés – Responsabilité du manutentionnaire – Devoir de surveillance du bord.

Le portique utilisé au déchargement d’un porte-conteneurs avait heurté pendant une manœuvre d’ajustement une grue du navire, lui occasionnant des dommages. Après des réparations provisoires, la grue fut remise en état lors d’une escale ultérieure. L’armateur et ses assureurs subrogés demandaient l’indemnisation du coût des réparations et des frais consécutifs alors que l’entreprise de manutention leur opposait l’irrecevabilité de la demande, le mauvais positionnement de la grue et le manque de surveillance de l’officier de garde.
S’appuyant sur le contrat de manutention et les actes de subrogation, les arbitres ont d’abord écarté les exceptions d’irrecevabilité. En l’absence de réglementation portuaire locale concernant le positionnement de la flèche de la grue et se référant aux règles de bonne pratique et de vigilance des divers intervenants, ils ont considéré que le portiqueur apparaissait au premier chef responsable de l’incident, mais que sa responsabilité devait être atténuée de 10 %, car l’officier de garde, ou le second capitaine aurait dû exercer une surveillance plus précise. Sur la réclamation, ils ont accordé aux demandeurs le montant des factures et dépenses présentées, à l’exception de celles non directement liées à l’avarie, et condamné le manutentionnaire à payer les frais d’arbitrage et une indemnité au titre de l’article 700.

 


Archives